SNFOLC 29

SNFOLC 29 contacts et permanences

SNFOLC 29

 5, rue de l’Observatoire – 29200 BREST

Tél. UD : 02 98 44 15 67

Tél. direct lycées collèges : 02 98 44 64 02

Mel : snfolc29@orange.fr

 

PERMANENCES:

UD DE BREST                                              UL DE QUIMPER - 5 allée Piriou

Marianne TRÉGOURÈS / Thierry PAGE            Marianne TRÉGOURÈS /  Valérie PLOUCHARD 

Le Mercredi de 14H30 à 17H30                      Le Lundi de 16H30 à 18H30

  

En cas de nécessité vous pouvez joindre un membre du secrétariat départemental en dehors des heures de permanence:

Marianne : 06 28 28 78 59 - Gaëlle : 06 11 29 82 19 - Valérie : 06 29 05 98 63

 

POUR COTISER, complétez le document ci-joint  bulletin_adhesion_cotisation_2016_2017

 

 

Posté par SNFOLC29 à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 mai 2017

Deux dossiers sur le bureau du prochain ministre

 

ca suffit

 

 

PPCR, évaluation le sujet n'est pas clos.

Fonctionnaire stagiaire, il est urgent d'arrêter le massacre.

 

tract à lire ici 2_dossiers_sur_le_bureau_du_prochain_ministre_

Posté par SNFOLC29 à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

arrêté des grilles d'évaluation

evaluation des enseignants

 

Avant de quitter le Ministère de l’Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem  a donc publié les décrets transposant le PPCR à l'Education Nationale au JO du 7 mai, puis l'arrêté sur les nouvelles grilles d'évaluation au Journal Officiel du 10 mai. La revendication que porte désormais le SNFOLC est celle de l’abrogation de la réforme de l’évaluation. Pour mémoire, en 2012, le Ministre de l’Education, Luc Chatel avait lui aussi signé les décrets d’application de sa réforme de l’évaluation au mérite juste avant la passation de pouvoir. L’une des premières décisions de Vincent Peillon, premier Ministre de l’Education du quinquennat Hollande, avait été d’abroger ces textes. Aujourd’hui, la situation est bien différente : la FSU s’est prononcée pour le PPCR, pour sa transposition dans l’Education Nationale et pour la réforme de l’évaluation. Seules trois organisations syndicales, FO, la CGT et SUD portent la revendication de l’abrogation qui ne pourra être obtenue que par la lutte syndicale.

 

L’élection d’Emmanuel Macron à la fonction présidentielle laisse augurer de difficiles combats qu’il nous faudra mener tant au niveau de nos statuts particuliers qu’au niveau interprofessionnel : destruction des acquis sociaux (protection sociale, retraite par répartition, régimes spéciaux de retraite…), aggravation de la Loi-Travail, suppressions de postes de fonctionnaires, augmentation de l’autonomie des établissements et pouvoirs accrus donnés aux Chefs d’Etablissement, fusions des corps et mobilité renforcée au sein des trois fonctions publiques…

 

La politique de casse mise en place par les gouvernements précédents va se poursuivre et s’intensifier. La lutte continue !

 

Merci de nous faire remonter toute demande d’Heure Mensuelle d’Information Syndicale.  

 

arrêté à consulter ici 04___arrete_grilles_evaluation

Posté par SNFOLC29 à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Personnels enseignants d’orientation et d’éducation non titulaires

 

stagiaires

 

 

Plan massif de titularisation, oui.  Précarité institutionnalisée, non.

 

Les non-titulaires exercent en tant qu’enseignant, CPE, PSYEN mais subissent la précarité

À la rentrée 2015, 32900 enseignants sont non-titulaires (Bilan social 2015-2016). Cet effectif a été multiplié par 2 depuis 2005. Contrairement aux annonces du gouvernement, des postes de titulaires ne sont pas créés à la hauteur des besoins. Cela va dans le sens d’une fonction publique contractuelle. Ces personnels ont tout du titulaire : obligations de service, charge de travail mais sans les garanties statutaires en matière de traitement, de carrière et de garantie de l’emploi.  Pour justifier cette précarité, le Ministère invoque l’article 3 de la loi de 1983 définissant le statut général des fonctionnaires qui stipule que « Sauf dérogation prévue par une disposition législative, les emplois civils permanents de l'Etat, ( …) sont occupés (…) par des fonctionnaires régis par le présent titre (…) ». Pour l’Etat employeur, il y a surtout le beurre et l’argent du beurre. Les professeurs qui le souhaitent doivent avoir accès à la titularisation, là est le respect de l’article 3 de la loi de 1983 auquel FO ne cesse de réaffirmer son attachement.

  
 Non à une main d’œuvre soumise aux aléas de l’offre et de la demande

Les groupes de travail se tiennent dans les académies pour définir les critères de rémunération des non-titulaires, notamment du second degré. Le décret du 29 août 2016 dispose que la rémunération peut varier en fonction des besoins de l’académie et surtout de l’entretien professionnel.  A Toulouse, l’administration tente de revenir sur l’avancement des personnels en CDI qui bénéficiaient d’un séjour de 2 ans dans les trois premiers échelons. Cela passe à 3 ans et l’avancement est conditionné à l’évaluation : un agent qui aurait des compétences « à consolider » en serait exclu. Une grille d’évaluation est proposée, similaire à celle des titulaires pour les enseignants et identique pour les CPE et les professeurs documentalistes.  A Rouen, le rectorat envisage une rémunération à géométrie variable d’une année sur l’autre en fonction des besoins dans telle ou telle discipline. Il propose de définir des disciplines « en tension » pour lesquelles il pourrait y avoir, selon les années, des recrutements à un indice supérieur afin de susciter les vocations. L’administration tente donc finalement de remettre en cause l’avancement à l’ancienneté au nom d’une gestion à ajuster en fonction des besoins.  A Mayotte, de nombreux contractuels, à discipline et diplôme équivalant ont été reclassés à des indices de salaires différents. Le 20 avril, à l’appel de CGT, FO et SUD, 500 agents se sont mis en grève et ont obtenu satisfaction sur une partie de leurs revendications : aucune baisse de salaire, la garantie d'un indice  410 pour les collègues titulaires d'un master 2 ou plus... A Clermont-Ferrand, à Nancy-Metz, à Amiens, l’administration entend les revendications de FO qui demande un avancement de carrière à l’ancienneté et une rémunération indépendante des résultats de l’entretien professionnel. Dans l’ensemble des académies, les discussions se poursuivent. 

 


 Le SNFOLC invite les personnels à se réunir pour dresser la liste de leurs revendications.

Non à une évaluation par compétences, à la tête du client, pour les titulaires comme pour les non-titulaires !

Non à toute tentative de créer une fonction publique contractuelle soumise aux besoins locaux ! 

FO exige qu’il n’y ait aucune baisse de salaire, aucune remise en cause de ce qui a été acquis. 

FO exige un plan massif de titularisation. 

 

tract ici 04_CONTRACTUELS_communique_SNFOLC_du_4_mai_2017

Posté par SNFOLC29 à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,